Quand bébé veut débarquer en avance et que rien n’est prêt !

Si comme moi tu t’es dit qu’une grossesse se déroulait sur 9 mois et que tu avais ainsi tout le temps nécessaire pour préparer l’arrivée de bébé dans ton foyer, tu vas vite comprendre que ce n’est pas toujours le cas !

Pour récapituler, j’étais dans mon 3ème trimestre de grossesse (26 Février, terme fixé au 3 Avril), et en plein huitième mois, de belles contractions ont fait leur apparition. Le monitoring montrait des contractions utérines toutes les 5 minutes et je les ressentais sans pour autant avoir mal. D’ordinaire, j’avais quelques contractions durant le monito, mais je ne les sentais absolument pas, c’est à dire que je ne sentais pas mon ventre se contracter ni même se durcir.

Quoiqu’il en soit, il fallait s’assurer que mon col n’était pas ouvert et que bébé n’arrive pas en prématurité importante. Il s’est avéré que mon col était encore raccourci (à 28 mm)… en partie car Mademoiselle avait la tête complètement appuyée dessus ! Il fallait gagner du temps et faire le maximum pour rentrer dans le 9ème mois de grossesse. J’avais grosso modo une semaine à tenir…

trousseau-bebe-maternite

Mon problème à ce moment-là vois-tu, c’était que je n’avais pas envisagé l’option d’accoucher aussi tôt. Surtout quand certaines futures mamans ont déjà préparé la chambre de bébé, la valise de maternité, le trousseau de naissance et donc tout le nécessaire pour accueillir leur progéniture… Ce qui, tu l’auras évidemment compris, n’était pas mon cas !

Et là c’est l’angoisse qui m’a envahie : ma fille risquait de naître d’un moment à l’autre, je n’avais lavé aucun de ses vêtements, la chambre n’avait pas encore été livrée… elle n’avait rien qui l’attendait ! Pour couronner le tout, j’étais  contrainte au repos et avais pour ordre de NE RIEN FAIRE ET DE NE PAS SORTIR DU LIT !

Sous traitement dès le jour-même pour stopper les contractions, je me suis dirigée vers ma chambre et particulièrement mon lit qui allait devenir pour maximum 1 semaine, le seul et unique endroit où j’aurai le droit de rester…

Je vais te faire une confidence si tu ne me connais pas ou peu : je n’ai pas pour habitude de faire ce que l’on me demande, du moins, pas à 100%. J’ai donc décidé de me reposer un maximum et de commencer à faire le trousseau de bébé dès que je me sentais apte. Oui, malgré toute l’aide que l’ont m’avait proposée pour m’aider à le faire, il était impensable que je confie cette tâche à une tierce personne. J’ai donc commencé à trier les vêtements, les petits pyjamas, les bodies, les turbulettes (les gigoteuses pour ceux – qui comme moi – ne connaissent pas ce terme), les bavoirs, les capes de bains, à enlever les étiquettes, à retourner les tissus… et à tout envoyer à la machine à laver.

Pendant que tout se lavait, je retournais me coucher. Je peux te dire que j’en ai bouffé de la série TV… j’ai donc pu me replonger dans « Une nounou d’enfer » et zieuter un peu sur Mr Sheffield, c’est pas si mal, non ? Au bout de 3 épisodes, mon cerveau ne tenait plus et je m’endormais. Entre deux, j’étendais le linge et comme d’hab, je filais rapidement m’allonger. Quand tout a fini par être sec et propre, j’ai choisi méticuleusement la toute première tenue de mon bébé : un pyjama, un body, un bonnet, une brassière et des chaussons. J’ai mis une couche minuscule avec et j’ai mis tout ça au-devant de ma valise.

A l’intérieur, j’ai mis le reste des vêtements et du linge de bain. Dans un sac à part (oui, même pas née elle avait déjà 36 valises !),  un paquet de couches, du liniment (je t’en parlerai dans un autre article, dont la date est indéterminée et indéterminable !), du coton et un gel lavant surgras sans savon. Voilà, valise pour bébé enfin BOUCLÉE ! Après, il faudra que je m’attelle à faire la mienne… Mais à cet instant je me sentais satisfaite, ma fille aurait des vêtements si elle naissait du jour au lendemain et surtout, je ne me sentirai pas « mère indigne » si elle devait arriver en avance… 🙂 ça te paraîtra peut-être ridicule, mais pour moi c’était l’essentiel.

Quoi ? Sa chambre ? 😀 Elle a fini par arriver quelques jours plus tard et était montée dans la foulée par papa et papy. Une nouvelle semaine débutait, je devais encore patienter quelques jours pour reprendre une vie normale…

A suivre… et si t’en as marre d’attendre, patiente avec mon dernier article sur Les questions qui m’ont saoulée pendant la grossesse !

Quand bébé veut débarquer en avance et que rien n’est prêt !
5 (100%) 3 votes

8 thoughts on “Quand bébé veut débarquer en avance et que rien n’est prêt !

  1. Toutes les mamans qui ont eu des risques d’accouchement prématuré ont fait le trousseau de naissance au fond de leur canapé 😛 Vive les tablettes, les portables, le wi-fi et les boutiques en ligne 😆 Ma mère il y a 26 ans a pas pu faire ça et elle aurait adoré lol (elle y a passé 2 mois je crois alité avec 45 minutes debout pour se laver et pisser ^^)

    1. Tu sais, j’avais peur d’accoucher très très tôt, à tel point que ma seule préoccupation c’était de savoir quand elle pouvait naître le plus tôt, quand elle était « viable ». Du coup, à sept mois et demi, je ne m’y attendais pas du tout ! Je prenais mon temps… 🙂
      2 mois c’est très long, j’ai eu de la chance mais je devais pas non plus excéder 45 minutes si j’y repense bien, dès que je sentais que je faisais trop, je filais me coucher pour ne pas trop tirer sur la corde !

      1. Le RCIU aurait été détecté j’avais droit aussi au lit de force ^^ Avec le recul je regrette bien d’avoir essayé de tenir un rythme de femme active sans ménager la femme enceinte.
        Pour la date de viabilité même très grand préma je l’avais entouré dans mon agenda, Lu était le premier bébé de ma famille maternelle à naître à 9 mois ! Et heureusement sinon elle serait sortie à moins d’1kg ça aurait bien bien pué dis donc ! Mais je crois qu’à partir du moment où on tombe enceinte, on a plus qu’une trouille perdre le petit truc dans notre ventre. Et plus le temps avance, plus on s’attache et plus on a la trouille.
        Pour le prénom la vilaine comment tu teases ! En prénom de reine on pense à Babeth direct, sinon Victoria, mais ce sont les seules Reines anglaises que je connais, les autres sont juste les épouses.

        1. Je te comprends, perso je me suis ménagée même si j’ai pas vraiment tout arrêter. Je ne pouvais pas !
          Je ne savais pas la date de grand préma, on m’avait dit « IL N’Y A PAS DE PLUS TÔT !!!!!!!!!! » lol du coup j’ai arrêté d’être obsédée par ça.
          Tu as bien résumé, dès le début on a peur de les perdre, et quand ils naissent, c’est une trouille encore plus forte même si elle est différente.
          Le prénom, tu dois le savoir 🙂 je ne sais pas si je finirai par le dire sur le blog, on verra 😉

Répondre à Ragnagna Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *