Bloggo ergo sum

Réaction de ma moitié hier soir en me voyant peaufiner Marmottine Land :

– « Non mais c’est quoi encore cette connerie ? » (il déteste me voir geeker)
– « Un blog »
– « Haaaaaaaaa, un truc où tu vas mettre des photos de moi, dire que je suis ton chéri, faire des ♥♥♥ blablablabla »
– « Non, c’est pas un skyblog, n’abuse pas. »
(mon âme rédactionnelle a pris cher…)
– « Bah tu vas y mettre quoi ? »

That is the point.

Comment expliquer que blogger ne veut pas nécessairement dire « raconter sa life comme dans un journal intime » ? Pour moi, blogger, c’est s’exorciser.

Des fois, blogger, c’est comme une auto-thérapie : ça te permet de faire le point sur toi et d’analyser certaines choses. L’avantage, c’est que c’est gratuit. Bon, il faut savoir que le but d’un blog est d’être lu par la populasse et éventuellement d’être commenté. En général, cela motive le bloggeur.

En parlant de bloggeur, identifions-les :

Le bloggeur occasionnel : il est pas super actif sur le web, d’ailleurs il n’y connaît absolument rien. En gros, ne va pas lui expliquer ce qu’est le web 2.0 et 3.0, un widget ou encore Twitter. Il s’e’n fout. La plupart du temps, c’est une personne qui veut tester l’outil car c’est à la mode, mais qui ne souhaite pas s’étendre sur le sujet. Le bloggeur occasionnel ignore donc totalement les règles de l’écriture web et te balance des pavés de texte sans mise en forme (un peu de gras ou d’italique ne fait pas de mal, au contraire). C’est peut-être son seul défaut car c’est une personne, en général, éduquée et sachant écrire correctement. Malgré tout, on aimera lire ses rares billets.

Le Skybloggeur : ça, c’est la vermine du web, du chien-dent. On a dit que blogger c’était pratiquer l’auto-thérapie, alors avoue que toi aussi tu as eu un Skyblog ! Mais c’était il y a très très très longtemps. C’est du passé. Depuis, tu as grandi et surtout mûri. Le Skybloggeur des temps modernes, lui, agrémente son blog de photos (type : des gamines qui tapent la pose avec une bouche en cul de poule, appelée également face de canard :  http://antiduckface.com/), pollue la toile de messages incompréhensibles et illisibles, écrits dans un langage qui leur est propre (type : « LoL MdR TmTc T’eS Ma BeSt FoReVer (l) » ou encore « nààmOùùrr^^ – tte mà vii(nàmoOùr – Traduction indisponible) – mOon iissensiièèll(béèstàh) – mEii vrEii<3″), et surtout, il réclame des « COM’SSSS ». Cet être étrange n’a jamais entendu parler de syntaxe et encore moins de conjugaison. Il est à éviter comme la peste.

L’incompris : [commentaire inutile car on ne le comprend pas, cette personne se parle à elle-même] Un littéraire qui se la joue Baudelaire, luxe, calme et volupté, où il est nécessaire de savoir faire un commentaire composé (back to Première Littéraire) pour saisir un minimum ce qu’il raconte.

Le Digital Native : c’est un enfant du net. Son blog c’est une bombe nucléaire prête à vomir ses widgets. C’est également un Twittos de la mort-qui-tue qui rêve d’être catalogué de bloggeur-influent pour augmenter ses followers. Il n’écrit que sur l’actualité des NTIC, en particulier sur le dernier Ipad où Iphone, et vous innonde de photos de ses gadgets-de-luxe.

L’atypique : un de mes préférés. Il n’est pas là pour raconter sa vie de rêve, mais au contraire, pour en narrer ses déboires. Il a un style bien à lui et c’est pour ça qu’on l’aime, car il est authentique. Il vous permet de vous évader en lisant ses histoires abracadabrantes et parvient même à vous faire pouffer de rire devant votre pc au boulot. C’est une personne qui a une belle plume touche de clavier mais qui parfois n’hésite pas à parler franchement et sans fioritures. En clair, il ne pratique pas le ******, ni même le *bip*. Il a envie de dire putain-de-bordel-fait-chier-salope-grosse-pute. Il le dit. Et on aime.

Bloggo ergo sum
Note cet article !

4 thoughts on “Bloggo ergo sum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *