Faire une virée à deux…#4

Voyage en Italie

♫…S’en aller tous les deux…♫♫…Dans le sud de l’Italie …♫♫…Et voir la vie en bleu …♫♫…Tout jouer sur un pari…♫

Cette chanson va redevenir culte, je te le dis moi !

Je reprends une semaine de stage et cette fois-ci, ayant une bicyclette HS, je dois me résigner à y aller à pied. Moins de danger, surtout quand tu sais comment roulent les italiens, tu m’as comprise !

Ma mère m’appelle et m’explique qu’un ami à moi est sur Bologne et que ce serait cool qu’on se voie. Mon ami m’appelle peu de temps après et me raconte qu’en fait ma mère et son père ont papoté ensemble, que ma mère a mis la pression pour que mon ami prenne de mes news car je suis seule dans un pays que je ne connais pas et que je suis loin de la maison, qu’elle s’inquiète blablabla… En 2008, j’avais quand même 23 ans…Bon bah, okay, je monterai à Bologne passer le week-end, surtout que c’est pas très loin de Cattolica en train.

Vendredi matin, comme d’habitude, je me lève, me prépare et m’apprête à partir au boulot. Bizarrement, les rues sont désertes et il y a très peu de circulation. Ma foi…J’arrive au boulot, porte fermée. Quoi se passe-t-il ? Je sonne en vain, je tape à la porte. Personne ne m’ouvre. Je passe de l’autre côté et aperçoit une silhouette. Une nana, toujours la première au boulot, qui me regarde avec des yeux équarquillés et me demande ce que je fais ici. Beh, t’es marrante toi, je viens bosser !

J’ai cru mourir foudroyée quand elle m’a annoncé : « Mais aujourd’hui c’est férié, tu le savais pas ? Moi je suis venue juste pour récupérer un dossier, personne ne t’avait prévenue ? », « Euh, nan, j’étais pas au courant sinon je ne serais pas venue ! ».

J’y t’explique, le 25 Avril en Italie c’est l’équivalent de notre 8 Mai en fait… Et moi, conne que je suis, j’avais imprimé un calendrier FRANCAIS ! Légèrement blasée car j’aurais pu avancer mon week-end à Bologne… Ca m’apprendra à ne pas réviser mes cours de civilisation italienne (oui, car en revenant passer mon rapport de stage et après avoir lu cette anecdote, ma prof n’a su me dire que je n’avais pas dû bien écouter ses cours, elle l’aurait répété 100 fois, GENRE !).

Bref, je pars le lendemain à Bologne (à pied jusqu’à la gare de Cattolica) et le week-end fut au top. Une ville magnifique avec les tours Asinelli et Garisenda (très bizarres),  la Basilica di San Petronio (une pure merveille innachevée), Neptune toujours à poil et le Palazzo d’Accursio (l’actuelle mairie de Bologne). Bon, j’y ai quand même mangé la pizza la plus dégueulasse de toute ma vie. En Italie, eh oui… Quel scandale ! Une espèce de pizza en kit (la garniture et la pâte ne faisaient pas qu’un…) même pas aussi bonne qu’une pizza surgelée ! Et mon ami, persuadé de me faire manger un truc exceptionnel…Je n’osais même pas lui dire qu’elle était pourrite !

Une fois rentrée à Cattolica, toujours aussi malade et enrouée, j’ai dû reprendre le super boulot chiant que je devais faire. Entre temps je retourne faire un tour à la librairie et repapote avec mon new friend. Il me propose de manger une pizza le lendemain avec des amis à lui. Super, pourquoi pas, ça me donnera l’occasion de connaître du monde. J’y file mon numéro pour qu’il me tienne au courant et rentre à l’hôtel.

Le lendemain, toujours à l’article de la mort, je reçois un message des plus ambigus et dans un français plus qu’approximatif, de mémoire ça donnait : « Salut mon petit chérie, ok pour mangiare la pizza ce soir, mon frère avec nous, pas beaucoup romantique, bisou très fort« . Euh, t’as compris comme moi ou je dois te faire un dessin ? Bah il est allé la manger solo sa pizza. Non, avec son frère en fait ! J’y ai répondu que j’étais trop malade et que j’allais rentrer me coucher rapidement. La vérité en plus.

Les semaines passent et je me sens de mieux en mieux à Cattolica. Je mène ma petite vie tranquille, je fais ce que bon me semble et surtout, il fait super beau !! Même quand il pleut le temps n’est pas si terrible ! Un vrai régal. Oui je sais qu’au fond de toi tu me jettes un sort ! Bref, vu que je suis friendless, je décide de vivre ce petit séjour pleinement et de partir à la visite du pays. Je me programme une petite virée à Ravenne.

Ravenne, c’est la ville de Dante Alighieri, et au cas où tu le saurais pas, c’est une ville réputée pour ses mosaïques. Je me prépare tout un périple pour rentabiliser ma journée et part très tôt de Cattolica. Dans le train, un mec de Cattolica me tape la causette et au bout d’une heure je m’étonne d’arriver à Bologne au lieu de Ravenne. Tu t’en doutes, je suis sûre… Je me suis trompée de train ! Le type me demande mon tel et mon prénom histoire qu’on se revoie sur Cattolica. Moi, bête comme mes pieds, je lui donne.

Je file au guichet de la gare de Bologne et la seule chose que j’ai su dire fut :  « Je me suis trompée de train« , mais alors d’un air tellement dépité que les mecs étaient morts de rire. L’horloge de mon téléphone avançant de 2 minutes, bah j’ai pris le train 2 minutes trop tôt… Ils ont tellement ri qu’ils m’ont tamponné mon billet pour que je prenne le premier train pour Ravenne, sans supplément et un super train tip-top. Ca a du bon des fois de se tromper.

Avec deux heures de retard j’arrive enfin à Ravenne. J’avais pour mission de me rendre au tombeau de Dante. Tu veux savoir pourquoi ? Aucune idée, mais c’était presque comme le Saint Graal pour moi. Résultat, j’ai tourné en rond pendant 1h30 sans rien trouver. Pourtant j’avais un plan… même deux ! Et pis je cherchais un endroit pour manger aussi…Tu sais que j’ai galéré à trouver une pizzeria ouverte ?

Sur le chemin, des anglais me demandent un renseignement. J’ai malheureusement été incapable de leur répondre en anglais (malgré mes 15 années d’apprentissage) car je ne communiquais plus qu’en italien ! J’étais aussi perdue qu’eux donc ils sont peut être toujours en train de chercher…

Je finis par trouver une petite brasserie et demande à la serveuse si elle peut m’indiquer le tombeau de Dante : « Bien sûr, c’est juste derrière à 10m« . Faudra que je pense à revoir mon sens de l’orientation…

Je mange fissa mon panini et file voir mon Saint Graal. Une espèce de chapelle qui pue le rat mort au fin fond d’une rue. Juste à côté, un petit jardin avec les restes de sa « dépouille« …charmant !

Voilà, ça c’est fait. Maintenant je peux me balader tranquillement dans la ville et admirer les nombreuses basiliques. Cependant, je n’ai vu aucune mosaïque…. Pas faute de les avoir cherchées pourtant ! Je termine mon parcours devant une sorte de monument aux morts. Je m’approche et mes phobies ridicules ont ressurgi…Des statues de lions entouraient deux soldats et comme je m’étais pas mal avancée pour lire la plaque, je me suis retrouvée nez à nez avec un lion. Il n’allait en aucun cas me sauter dessus ni même me dévorer tout cru, et pourtant j’ai détalé comme une psychopathe…

Je fais le tour de la ville en 3 heures et le temps commence à devenir long. Je pourrais bien aller voir le Mausolée de Théodoric qui aurait pris la foudre, mais je suis fatiguée et j’ai les jambes en compote. Je m’arrête dans un cyber et je squatte un ordi. Mon train de retour arrive et je rentre à Cattolica.

Ma mère m’appelle et m’apprend une terrible nouvelle : ma chienne nous a quittés, après 12 ans. Tu te rappelles, je lui avais demandé de ne pas partir en mon absence… Le ciel me tombe sur la tête. Je crois que j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps pendant 48h. C’est à ce moment là que j’ai commencé à vouloir retourner chez moi, en France. Et pour couronner le tout, le lendemain matin, après avoir passé une nuit à pleurer, ce con de rital que j’ai rencontré dans le train me harcèle au téléphone. Je ne lui ai jamais répondu.

D’ailleurs, je n’ai plus jamais adressé la parole à un rital. Dès que tu parles à un italien, il s’imagine que tu vas te jeter dans son lit.  J’allais t’en parler, tiens !

Le retour au boulot s’est effectué dans la tristesse et j’ai dû prendre beaucoup sur moi pour ne pas me laisser déborder par ma peine… C’est dans ces moments là que l’on a besoin de ses amis. Et c’est comme ça que je me suis faite une amie…

La suite dans le prochain épisode des tribulations de la marmotte en Italie ☺

Faire une virée à deux…#4
Note cet article !

2 thoughts on “Faire une virée à deux…#4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *