Je suis trichotillomane

trichotillomanie

trichotillomanie

Là en ce moment, tu te dis que la marmotte craque complètement et qu’elle exorcise son mal-être par des mots étranges. Rassure-toi, je n’ai pas craqué. La trichotillomanie, tu vois, c’est un trouble (pas une maladie) qui te pousse à t’arracher les cheveux et à en faire un peu ce que tu veux. En gros, c’est un TOC et aujourd’hui je n’ai pas découvert que j’étais trichotillomane (je le sais depuis au moins 15 ans, un peu moins pour le terme cependant), j’ai découvert que je n’étais pas seule. Et crois-moi, ça m’a fait du bien. Surtout quand j’ai tapé ceci dans Google (c’est mon réflexe quand je me pose une question) : « trichotillomanie cheveu moche« . Je t’explique : moi je m’arrache les cheveux que je qualifie de « moches ».

C’est quoi un cheveu moche ?

Imagine : j’ai les cheveux raides comme des baguettes, clairs et fins. Un cheveu moche (à mes yeux), c’est un cheveu qui n’a rien à voir avec tout ce qui recouvre ma tête. Un truc épais, un peu comme un fil de fer tout martyrisé et qui ne ressemblerait plus à rien.

Bref, en tapant ceci dans Google, j’ai trouvé ce témoignage :

« Je m’arrache aussi les cheveux, depuis l’âge de 10 ans, j’en ai aujourd’hui 20. J’ai commencé à tourner mes cheveux pour faire des boucles, cela faisait des noeuds que j’arrachais par la suite. Le tic a ensuite évolué, aujourd’hui je m’arrache les cheveux à la racine, je cherche le cheveu « moche », biscornu, épais, avec une racine bien visible de préférence que je glisse dans ma bouche en jouant avec ( je ne les mange pas). »

J’ai commencé de la même façon. J’enfonçais mon doigt sur ma tête et je tournais la mèche de cheveux, ce qui faisait un noeud et pour le démêler, beaucoup devaient être arrachés. Un peu plus tard, je les arrachais sans les dissocier pour les faire passer entre mes dents… Et en vieillissant, à l’aveugle d’abord, je cherche en tâtonnant ma chevelure, ce cheveu épais que j’arracherais avec joie. D’une autre manière, je me mets devant ma glace et dès que j’en vois un qui m’insupporte, je le supprime illico.

Je n’ai jamais arraché mes cheveux par poignée, ni même mangé les bulbes. Rien que d’y penser, ça me dégoûte. Je ne saurais même pas te dire pourquoi je fais ça. Je sais juste que ça fait partie de mes nombreux « tics » et que je m’en passerais bien.

Voilà, en lisant ce témoignage, une partie de moi s’est sentie soulagée. C’est con, mais, de savoir que l’on n’est pas seul, ça fait du bien, même si on se fait du mal. Va comprendre… Et pourtant, je sais pas si t’es au courant, mais mes cheveux, c’est un peu toute ma vie… Je les lave tous les jours car je ne supporte pas de les sentir « sales », je leur fais un soin également tous les jours… On dirait que je veux les discipliner et que dès qu’il y en a un qui sort des rangs, je le punis en l’exilant de ma tête. Oui, là, je divague.

Et toi, t’es trichotillomane ? Toi aussi tu fais la chasse au cheveu moche ?

T’as d’autres TOC ? En lisant mes conneries tu dois, toi aussi, te sentir moins seul(e) !

Je suis trichotillomane
4.9 (97.5%) 8 votes

46 thoughts on “Je suis trichotillomane

  1. Je l’ai été il y a quelques années, pendant un moment (période du lycée)… Je les arrachais à la racine, je ne pouvais pas m’en empêcher. J’essayais de cacher les repoussent en essayant de foutre des mèches par dessus mais ça faisait des bosses… Bref… C’était horrible, ce besoin irrépressible…

    J’ai mis du temps à retrouver une chevelure « normale » et ce trouble est parti sans que je m’en rende compte! (j’dis ça mais maintenant je ne peux m’empêcher d’arracher les pointes, en fait :-O)

    Des bisous!

  2. J’ai eu ce TOC adolescente, je mangeais le bulbe :/ Enfin, on ne le mange pas vraiment, on le croque (qu’est ce que c’est ragoûtant ce que je raconte).
    J’ai arrêté du jour au lendemain car ma mère s’est aperçu que j’avais un trou énorme sur le dessus de la tête et je ne l’avais même pas remarqué… C’était très très moche quand ça a repoussé, ça faisait un épi tout bizarre.
    Je n’ai jamais su pourquoi j’avais eu ce TOC et je suis plutôt contente d’avoir arrêté comme ça.

  3. J’en avais entendu parler mais je ne l’avais jamais imaginé.
    Quand j’étais ado, j’avais la phobie des cheveux morts. La coiffeuse m’avait expliqué que les cheveux ne sont vivants que sur quelques centimètres, ensuite ils ne sont plus vivants. Donc cheveux longs = cheveux morts! J’avais tout fait couper court, ça ne m’allait pas mais au moins les cheveux qui restaient étaient bien vivants! Et puis finalement, j’ai arrêté d’y penser!
    Bon courage.

    1. Oula alors mes cheveux sont très morts !!
      Je ne savais pas que les cheveux étaient vivants sur quelques centimètres, je me coucherai moins bête :p
      Sinon je te rassure, je vis bien avec ma trichotillomanie. Sûrement parce qu’elle n’est pas « extrême »… !

      1. Moi j’ais 12 ans et je stresse tout le temps je suis comme sa aussi et je suis TDAH aussi. J’arache mes cheveux depuit environs 2 ans et jais des repousse et jais peur de se que mes amie vont dir. Mes parent ramasse plin de touf de cheveux par terre et me dis arrete a lache tes cheveux. Bah c’est tres dure de arreter. Moi je veux arreter et je suis decourager . Jais un trou mais pas di gros et je marache les cheveux un apret lotre. Ont pourais faire une peruque avec les cheveux que ma mere ramasse par terre.

  4. je serai plutôt l’inverse, je perds mes cheveux alors je les ménage, j’ose à peine les coiffer car ça me déprime de les voir tomber ! par contre j’ai le tic nerveux de me gratter la tête à la moindre contrariété, c’est sûrement lié à leur chute…

  5. J’ai exactement pareil mais en beaucoup plus pire,je m’arrache à la racine,je mange la bulbe mais pas le cheveux,j’ai eu en 2011 un énorme trou que je cachais par une mèche de derrière,c’est horrible,j’espère que ne vivras jamais ce que j’ai vécu,c’est un sentiment horrible et tu as tellement peur du monde,des gens après ça,des que les gens parlaient j’avais l’impression que c’était sur moi,que tout le monde me regardait,j’ai repris assez de confiance en moi,maintenant ils ont repoussés et font 9cm au moins comparer aux restes de mes cheveux qui en font 25cm au moins mais maintenant je peux les regrouper et les attacher avec une pince. J’ai trouvé la force et la motivation en voyant des stars tellement parfaite,des filles tellement parfaite,je me suis dit que je pouvais être l’une d’entre elle si je le voulais vraiment..et me voilà avec aucun trou sur la tête depuis plus d’un an.
    Celui qui commence une fois recommencera deux fois,faites attention à ça et à vos proches qui peuvent commencer à être atteint de TTM à tout moment. 🙂

    1. Moi aussi, je m’arrache les cheveux depuis plus d’un an. Au début, je cassait les fourche, puis j’ai commencer a arracher… Maintenant, j’ai une plaque derriere mon oreille sans cheveux, on dirait que je suis raser, donc je laisse mes cheveux détachés, et sur le dessus de ma tete, avant la frange que je cache en mettant une meche sur le coté. Je me sens vraiment mal a l’aise en sport (oui je suis collègienne) quand je dois attacher mes cheveux… Du coup je tire sur les autres pour le cacher. Pourquoi je m’arrache les cheuveux ? Car je les déteste. Je rêve d’avoir les cheveux bouclés depuis toute petite, et je ne les aimes tellement pas que je les arrache. Certain vont dire que c’est un caprice. Mais je vais peut etre avoir une permanente bouclé, j’ai promis a mes parents que j’arreterais de les arracher 🙂 Je suis heureuse ^-^ ! Je souhaite a tout le monde qui lisent ce message de ne pas vivre ce que je vis. Tu as peur, tu as honte, tu es fustrée car tu as envie de les arracher mais tu t’en empeche…. Voilà. Gros bisous ! ^.^

  6. bah moi ce n’est pas vraiment ça juste au devant j’ai 5 cheveux que je n’arrete pas de m’arracher enfin tiré avec mes doigts ça a fait une petite inflamation de la peau et ça me brule mais je continue quand meme, j’imagine que mes 5 cheveux sont fourchu et je n’aime pas ça surtout que il y a que c 5 cheveux qui sont moche ça va parraitre bizarre mais c’est vrai …. j’essay d’arreter vu que je suis juste entrain de me faire un pti trou au devant et c moche … ça fait que 1 mois que je commence a faire ça

  7. Bonsoir

    ça va faire sourire certains, mais j’ai été tellement soulagée de lire cet « article ». J’ai enfin mis un nom sur une manie qui m’a pourri la vie pendant 20 ans (de 20 à 40 ans). J’en ai 50 maintenant.

    En effet, j’ai aussi les cheveux raides et je m’appliquai à rechercher scrupuleusement les cheveux qui, sous les doigts, étaient « électriques »: plus épais et un peu frisés. Je les arrachai et retirai la racine (le bulbe) avec les dents :rassurez vous, je recrachais et n’avalais pas.

    J’essaye désespérément de faire repousser mais cheveux mais vu qu’il ne s’agit pas d’une chute de cheveux, tous les produits « anti-chute » n’ont donné aucun résultat.

    Si quelqu’un peut m’aider, je lui en serai infiniment reconnaissante.

    1. Malheureusement je ne peux pas t’aider… mais je suis contente si j’ai réussi à t’aider ne serait-ce qu’à savoir comment ce trouble s’appelle et que tu n’es pas seule à l’avoir. Tout mon courage pour en venir à bout !

  8. coucou , moi j’ai la méme chose que toi mes je marache les poils en dessous de mes bras ou mes poils pubiens .. je le fais sans arret , des heure et des heures .. parfois jen ai mal au dos..
    jen ai mare c’est plus fort que moi

  9. Bonjour Marmottine, je souffre exactement du même mal que toi et j’avoue que j’en ai vraiment marre …. sans savoir quoi faire malgré tout. J’ai eu longtemps les cheveux courts, mais depuis quelques années ils sont mi-longs et je les martyrise de plus en plus … J’ai la chance d’avoir des cheveux épais et de bonne nature, heureusement, mais je constate quand même une dégradation au fil des années… Je traque moi aussi le cheveu moche et le cheveu blanc (c’est comme ça que ça a commencé d’ailleurs). Si mes cheveux étaient lisses, ce serait mieux mais ils sont frisés et donc imparfaits à mes yeux. J’ai l’impression qu’ils sont cassants et fourchus, alors que c’est ma manie qui les rend comme ça finalement. Souvent je les lisse après le shampoing et ça atténue quand même la chose, mais dès le lendemain, ça recommence. Le soir, devant ma TV (je vis seule et c’est aussi le problème je crois), j’essaye de m’occuper les mains : pose de vernis, broderie, etc … car si je commence ne serait-ce que quelques secondes, après je ne peux plus m’arrêter, le temps passe, je suis comme dans une bulle …. J’aimerais beaucoup que cela cesse, sans grand espoir. Je pense parfois à faire une thérapie, j’ai lu que l’hypnose marchait bien aussi… Voilà mon témoignage, même si ça ne changera rien, ça fait du bien de vider son sac. Bon courage à toutes celles qui connaissent cet enfer !

    1. Bonjour Marie-Agnès, je te remercie pour ton commentaire. Tu sais les cheveux imparfaits, c’est dans la tête. J’ai les cheveux parfaitement lisses et fins, et pourtant, j’arrive toujours à me trouver ce terrible « cheveu moche ». L’hypnose peut s’avérer utile si le problème est approfondi. Si tu tentes l’expérience et que cela fonctionne, n’hésite pas à m’en informer. Tout mon courage pour la suite.

  10. Bonsoir tous le monde , c’est la premiere fois que je vois des gens dans la même galere que moi , moi safait maint 8 ans que je m’arrache les cheveux o debut je maracher sans faire attention a leurs formes ensuite je les choisissait un part un , maint j’ai des trous sur la tete des gros même un peux partout , et je narrive plus trp a les cacher , jai même fait une depression psk je supporter plus les regards des gens , et je me trouver laide , mes cheveux represente enormement pr moi pourtant jarrive pas a arreter de les enlever , de manger le bulbe et de les jeter , il yen a partt ds ma chambre , la ou je vais je laisse des cheveux , il repoussent mais moi je les araches , je veux vraiment arreter de les enlever , auriez vous des conseils a me donner pour arreter svp , et commencer un traitement dermatologique pour qu’il reposse ,

    1. Bonjour Fanny et merci pour ton commentaire. Savoir que l’on n’est pas seul à souffrir de trichotillomanie (car on en souffre), ça fait énormément de bien. Malheureusement, je dirais que c’est comme tout, la volonté permet de calmer ces pulsions qui nous poussent à nous arracher les cheveux, à les manger pour certains… Il faut se dire que l’on est plus fort, qu’il ne faut pas le faire. Même si je continue de m’arracher ces « cheveux moches » comme je les appelle, je me dis à chaque fois que c’est mal et qu’il faut que j’arrête. Par moments je me raisonne, à d’autres je recouvre le sol de la pièce où je me trouve, de cheveux arrachés. Peut-être faut-il en parler autour de toi et trouver un moyen d’arrêter de te les arracher. Cela ne veut pas forcément dire de consulter un psy ou une personne du corps médical, mais ça peut peut-être aider. Je te transmets tout mon courage.

  11. C’est vrai que ça fait plaisir de voir que ce toc est partagé. Je n’ai pas de trou, ni rien , je m’arrache seulement les cheveux moches (frisés epais,beurk) quand je regarde un film, en cours… ça me détend. Je fais ça depuis longtemps et je ne vois pas de raison d’arreter… Je ne les mange pas , je m’en arrache seulement quelqu’uns et comme j’en ai pas mal, ça ne se voit pas!

  12. Bonjour! Bah moi j’ai 17 ans, et dès que je me mets à travailler ou à tout simplement lire quelque chose; c’est un réflexe, je suis obligée de chercher les cheveux épais, comme tu dis les « moches » pour les arracher. Une fois mon travail fini je me retrouve avec une touffe de cheveux par terre.. J’ai commencé médecine cette année, et avec le travail et le stress, impossible de s’arrêter: et un jour je me suis aperçue que oui, j’avais un trou sur la tête. Mes parents ne comprennent pas que je ne peux pas m’arrêter, et je ne sais pas comment faire pour y parvenir enfin. J’essaye de trouver un truc qui puisse remplacer ce tic, mais je trouve pas… HELP!

  13. Bonjour Marmottine,

    Je m’appelle Sonya et c’est le 2e site sur lequel je m’arrête pour laisser un commentaire à propos de mes cheveux.

    Le premier était AFROPUFF.
    J’y ai laissé un long  » témoignage « , que vous pouvez retrouver sur cette page :
    http://www.afropuff.fr/blog/temoignage/#comments

    Et c’est à la suite d’un commentaire que j’ai appris le nom de mon TOC : la trichotillomanie.
    C’est ainsi que j’ai trouvé ce site.

    Moi aussi, comme j’ai pu le lire, cette manie me bouffe la vie. C’est devenu un véritable automatisme.
    Pour m’arrêter, il faut que je me concentre profondément. Et dès que je reprends une activité, mes mains repartent de plus belle … Comme possédées … Comme si elles avaient leur propre cerveau …
    C’est comme si au fur et à mesure des années mon cerveau avait perdu peu à peu le contrôle de mes mains.

    Moi aussi, quand cette manie me reprend, je suis comme dans une  » bulle « . Da

    1. Sonya, je te remercie pour tes messages et ta détermination à vouloir aider et être aidée également.
      Je comprends ton mal-être, hélas je n’ai pas encore trouvé de solution miracle pour arrêter de me triturer le crâne.
      Je mets toujours ça sur le compte de la nervosité et le stress, mais peut-être que cela va plus loin… qui sait ?
      J’ai toujours ce besoin de chercher le fameux cheveu moche, de l’arracher, de le regarder, de le bidouiller et de le jeter par terre.
      Je suis comme toi, si mes deux mains ne sont pas occupées, j’ai tendance à fourrer ma main gauche (je suis droitière) dans mes cheveux et à farfouiller jusqu’à ce que je sente un cheveu épais et non lisse et que je finisse par l’arracher. La satisfaction que j’éprouve en regardant ce cheveu moche est grisante. C’est triste à dire, mais c’est comme ça…

  14. (Oops, j’ai appuyé sur ENTREE par erreur …)

    […] je suis comme dans une » bulle « . Plongée dans mes pensées.

    Cela affecte beaucoup mes activités, et notamment mes études. Car cela me déconcentre.
    Je sais qu’il faut que j’arrête.
    Une fois que je me suis rendue compte que mes mains sont de nouveau dans mes cheveux, je passe mon temps à essayer de lutter contre moi-même pour m’arrêter.

    Voilà comment cette manie me fait perdre mon temps.
    Elle me fait perdre mon temps en plus de me faire perdre mes cheveux.
    Moi aussi j’ai des visions d’horreur quand je vois tous ces cheveux par terre, partout où je m’assieds.

    Je pensais que ce problème de cheveux  » irréguliers  » était propre aux cheveux des métisses. Et c’est pourquoi à la base je me dirigeais plutôt vers les sites  » afro « .
    Mais visiblement, ça affecte n’importe quelle femme, quelques soient ses origines. Je me trompe ?

    Aujourd’hui, je cherche désespérément une solution à mon TOC.
    Je pense que pour arrêter une habitude, il faut la remplacer par une autre.

    Je sais que MES MAINS ONT CONSTAMMENT BESOIN D’ÊTRE OCCUPÉES :
    (Là je suis en train de taper sur mon clavier : mes mains ne sont pas (car ne peuvent pas être ) dans mes cheveux.)

    Quand j’étais petite, je me rongeais les ongles.
    J’avais des mains affreuses, des bouts de peau partout, des ongles rongés parfois jusqu’au sang … Je faisais régulièrement des furoncles du coup.
    Puis je me suis mise à toucher à mes cheveux au collège …

    A un moment, j’ai tenté d’arrêter.
    Je m’étais mise à faire des scoubidous pour arrêter le massacre.
    Et fan de travaux manuels, cette solution a très vite pris.

    Aujourd’hui les scoubidous sont pour moi des travaux manuels  » trop simples  » (j’en ai fait de toutes les couleurs et formes possibles) et sans but (car j’en ai déjà trop et je ne sais plus quoi en faire).
    (Je pourrais essayer de les vendre. La vente constituerait UN BUT à cette fabrication, à cette activité. Mais rares seraient les personnes qui en achèteraient …)

    J’ai donc besoin d’une activité manuelle plus complexe, qui  » occupe  » mes mains (et qui libèrerait ainsi mon cerveau).

    Mais je suis étudiante et j’ai besoin d’avoir les mains libres pour écrire et travailler …
    Comme je suis droitière, c’est ma main gauche qui généralement commence à aller dans mes cheveux pendant que j’écris, et fini par entraîner la droite aussi …

    Finalement, voilà le dilemme :
    – OCCUPER MES MAINS, mais pas trop (pour que je puisse travailler)
    – une activité manuelle TRANSPORTABLE et réalisable partout
    (transport en commun, bibliothèque, amphi, lit, etc … si possible)
    (oui parce que cette manie me touche PARTOUT et TOUT LE TEMPS)
    – une activité manuelle ASSEZ COMPLEXE (pour ne pas se lasser) et ayant un BUT

    En attendant de trouver cette activité miracle, j’ai pensé à substituer ma chevelure par un porte-clefs en poils naturels avec lequel je jouerais et que je caresserait …

    Mais je n’en trouve pas maintenant que je cherche !!
    C’est typiquement le genre d’objet inutile que tu croises partout dans les petites boutiques de souvenir, devant lequel tu passes et tu te dis  » pfff, il ne savent plus quoi inventer … c’est moche et ça sert à rien « .
    Résultat : t’en achètes jamais, et quand t’en cherches : impossible d’en retrouver ! Bref.

    Et à côté de ces solutions  » pratiques « , je pense que j’ai des questions concernant ces cheveux  » bouc émissaires, vilains petits canards  » qui ont besoin de trouver des réponses rationnelles.
    Je voudrais comprendre pourquoi.

    – Pourquoi mes cheveux ont changé (et peut-être changent encore) de nature à partir de mes 7 ans ?
    – Pourquoi sur ma tête n’y a t-il pas une seule et même sorte de cheveux ?
    – Mes gènes, mon alimentation, mon stress, mes hormones régulent-ils la structure du cheveux qui pousse dans le temps ?
    – Pourquoi y a t-il sur ma tête sur répartition préférentielle des cheveux en fonction de leur  » type  » selon des zones ?
    (mes cheveux sont complètement et TOUS, sans exception, lisses au niveau de la nuque, très frisés / bouclés près des tempes et du front, et mélangés sur le reste de mon cuir chevelu)
    – Cela est-il lié à la différence de température entre ces zones du cuir chevelu ?
    – Pourquoi un cheveu crépu a-t-il une épaisseur non uniforme sur toute sa longueur ?

    J’imagine que seul un dermatologue spécialiste des cheveux pourra répondre à ces questions.
    J’espère trouver cette personne qui aura les réponses à mes questions.
    J’espère qu’elle me comprendra. Qu’elle comprendra que c’est important pour moi.

  15. J’ai laissé plusieurs commentaires cet après-midi et là ils n’apparaissent plus. Est-ce normal ? Où est-ce que je pourrais les retrouver ?

  16. Bonjours, je vais bientôt avoir 15 ans et ça fait un an que je m’arrache les cheveux pour manger le bulbe (c’est dégoûtant quand on y pense), au début je choisissais les cheveux épais, noirs et tordus mais maintenant c’est n’importe quels cheveux, cette manie est liée au stresse, quand je travaille, quand j’attend ou quand tout simplement je suis stressée: je recommence à tout manger. Ayant honte je ne l’ai pas dit à ma mère, elle croit que mes cheveux tombent suite à la mononucléose que j’ai eu y a peut de temps. Pendant une période d’à peut-près 5 mois j’ai arrêté et mes cheveux ont repoussés tous bouclés, mais cette manie m’a repris, bref ça m’énerve parce que c’est très gênant quand les personnes aux alentours te vois t’arracher des cheveux et quand tu te retrouves avec les cheveux très très fins, j’ai presque plus rien sur la tête, en plus de ça, ça me fais peur, j’aimerai que cette manie me passe sans devoir en parler à tout le monde. Aidez moi s’il vous plait 🙂

    1. Je suis quasiment dans le même cas que toi (même âge, même manies, quasiments les mêmes causes…sauf que je ne « mange » pas les cheveux haha

  17. Bonjour! J’ai lu rapidement vos commentaires mais aucun ne ressemblent vraiment à mon cas et je n’arrive pas à trouver son nom. Pour l’instant, je me considère comme trichotillomane mais si vous parvenez à trouver le nom exact je vous en serai reconnaissante. Bon, tout d’abord, contrairement à vous, je n’arrache jamais pas mes cheveux, ça me fait mal et je n’aime pas du tout. Aussi, comme certaines le disaient plus haut, j’ai besoin d’occuper mes mains (plus particulièrement la gauche car je suis droitière et donc ma main droite est presque en tout temps occuper.) mais également ma bouche. Je me ronge constamment les ongles et je m’enpiffre tout le temps. Souvent, je peux manger un gros repas et une-demie heure plus tard je meurs de faim, mais je ne vais pas régulièrement à la selle. (Je fais caca environ 1 à 2 fois par semaine et je bouche très souvent la toilette. Pour ce qui est de pipi, j’y vais le matin en me réveillant, le soir en revenant des cours et parfois plus tard dans la soirée.) Également, comme je disais, je n’arrache pas le cheveux et je ne mange pas la bulbe; je ne fais qu’en tortiller une mèche et jouer avec et ensuite je gruge les pointes en m’assurant qu’elles sont toutes égales. J’ai plusieurs fois essayer de me couper légèrement les pointes au zones touchées pour que ça repousse mais on voit une nette différence de texture et de longueur entre le côté droit et le côté gauche. Voilà, je crois avoir tout dit alors si quelqu’un pouvait m’aider à mettre un nom dessus ou tout simplement me conseiller sur comment arrêter ça me ferait très plaisir. -A

  18. Je vis exactement la même chose que toi et honnêtement, je croyais être la seule à vivre cet enfer. Sais-tu si c’est considéré comme une maladie? Car j’ai fait quelques recherches sur Internet et ils le classent comme un trouble psychiatrique, ce qui m’effraie un peu. As-tu arrêté? J’essaye constamment, mais cela fait environ 8 années que j’ai ceci et je ne parviens toujours pas à me débarrasser de cela.

  19. Salut,
    Je m’arrache les cheveux depuis la maternelle et sérieusement je sais vraiment pas pourquoi. Juste à cause de sa je suis un peu exclue à l’école
    Le monde dit que je mange mes cheveux alors que c’est FAUX.
    Mes cheveux me stresse et je regarde tout le temps si j’ai des plaque pas de cheveux dans la tête. Moi aussi je trouve mes cheveux hyper moche.
    J’aimerais tellement me d’ébarasser de se toc et retrouver ma belle chevelure que j’avais avant.

    P.s. Grâce à toi j’ai enfin pu mettre un nom sur mon problème

  20. Je EXACTEMENT le même problème, je pars à la chasse du cheveu ‘moche’ et je joue avec jusqu’à ce que je ne le supporte plus et puis je l’arrache. Cependant j’ai trouvé une solution qui m’empeche de mes les arracher ainsi (et qui facilite donc une repousse plus saine) je tiens le cheveu et devant mon mirror je le coupe à partir de l’endroit où il devient moche. Cela me permet d’avoir une sensation de satisfaction mais je permet également au cheveu de ne pas repousser de façon rèche car c’est ce que l’on fait lorsqu’on l’arrache à la racine.

  21. Bonjour, moi j’ai 14 ans et ça fait 4-5 ans que je m’arrache les cheveux. Je pensais être la seule dans le cas, mais il y a de ça 2 ans, je me suis renseignée sur internet et j’ai vu que non. Ça a été comme un soulagement, rien que le fait de me sortir de la tête que je suis folle et de savoir que c’est scientifiquement connu. Pendant les 3 dernieres années, je m’arrachais les cheveux lorsque j’avais un peu le blues ou quand je n’avais vraiment rien à faire…Mais je fermais toujours ma porte à clé pour que mon entourage ne voit pas ce que je faisait, car j’en ai honte.
    J’ai les cheveux épais et cela faisais longtemps que je les voulais fin (ce qui est le cas maintenant). Mes cheveux sont légèrement ondulés mais j’avais quelques cheveux un peu frisés et ça m’énervait ! (Maintenant ils ont tous été arrachés…– ).
    J’ai commencé à arracher ces cheveux là, ça ne me faisait pas trop mal..et puis petit à petit ça m’a fait du bien..c’est devenu un peu comme ma mutilation (ça l’est toujours).
    Je sais, c’est bizarre..
    Mon entourage a commencé à remarquer cela, malgré le fait que je cachais les cheveux arrachés car j’ai commencé à avoir un trou derrière la tête, vers le haut.
    C’était un tic de me les arracher lorsque je regardais la télé (avec ma famille) ou quand j’était assise (heureusement, l’envie ne me prend pas au collège…). Le pire, c’est que je ne m’en rendais pas compte !! C’était devenu automatique, mes bras montaient tripoter le haut de ma tête, à la recherche d’un cheveux « moche » comme tu dis, d’un cheveux qui dépassait afin de l’arracher.

    Je ne prend aucun traitement, aucun médicament afin de faire repousser les cheveux.
    Au début, je refusais d’avouer à mes parents ce tic qui me faisais peur. Mais lorsque j’eus fait mes « recherches » je décidais de leur en parler, je leur ai tout exposé, tout ce que je viens d’écrire.
    J’ai vu par leurs paroles et leurs regard qu’ils pensaient que ça serait passager, qu’en me disant d’arrêter, ça passerait.
    Mais ça n’a pas été le cas.
    Parfois, lorsque ma mère entreprend de nettoyer ma chambre, elle remarque les cheveux par terre, deux ou trois fois elle a essayé d’engager la conversation en me disant « Tu t’es encore arraché les cheveux ? » Et je répondais « J’ai pas envie d’en parler »..

    Durant ces 4-5 ans, j’ai du arracher en tout…au moins l’équivalent d’une tête (peut-être même un peu plus..) de cheveux.

    Si jamais mes amis venait à l’apprendre, il me prendraient pour une folle et me laisserait tomber !!
    On m’a même dis des trucs comme « Ah c’est pour ça que tu as un trou derrière la tête » lorsque j’avais raconté une mésaventure avec mes cheveux. Ça m’a vraiment fait de la peine, surtout que ce n’était pas la cause..
    J’ai même pleins d’épis, de bosse sur le côté et l’arrière du crâne (ça m’énerve !!)

    Bref, ça m’a fait du bien de me lâcher un peu..merci à ceux qui ont lu ce post-pavé haha xP

  22. Je suis trichotillomane. A cause des fers capillaires qui ont détruit mes cheveux, je suis devenue maniaque au niveau de mes cheveux : je cherche désespérément le cheveu moche. Pour moi, un cheveu moche est un cheveu soit épais et frisés comme tu l’as mentionné ou le cheveu fourchu en tout genre. Je suis consciente de mon TOC et je n’arrive pas à m’arrêter. Comme une personne a besoin de sa clope, j’ai besoin de rechercher le défaut de mes cheveux. Aujourd’hui, je commence à avoir une tendinite de mon poignet droit. Je crois que je vais devoir stopper net. Je sais que ça va être dur. Je ne sais pas quoi faire.

  23. Bonjour, j’ai 20 ans , et ça fait 5-6 ans que je m’épile obsessionnellement les poils pubiens. Je n’ai jamais toucher à mes cheveux, mais dit-on plusieurs zones pilleuses peuvent être touchées. De plus, j’ai lu que la trichotillomanie pouvait être liée à d’autres troubles du comportement.. (Dans mon cas boulimie, dépendance au cannabis, et affective, trouble borderline , dermatillomanie parfois…)
    Enfin, pour en revenir aux poils, ça me procurait un plaisir de les retirer, comme si je retirais les imperfections de ma vie , et quand je commençais impossible de m’arrêter, ça pouvait durer plus d’1 heure (jusqu’à ce que j’ai trop mal au dos ou qu’il n’y ait plus de poils). Et je ne pouvais pas m’empêcher d’inspecter cette zone même lorsque je partais en voyages ou que je séjournais chez une amie.. (côté perfectionniste)
    Mais depuis 2-3 semaines je n’y touche plus : pas de solutions miracles mais je me suis convaincue que le regard des autres comptait (ie celui de mon copain) et je me suis donnée l’objectif de laisser tous les poils repousser. Et je crois que ce qui m’a vraiment aider c’est de voir l’amélioration de jour en jour. Il faut être patient et optimiste ! Enfin, ce n’est qu’un problème de régler parmis tant d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *