Pôle Emploi, ou l’art de ne servir à rien

Fin 2008, quand j’ai eu ma fichue licence, je ne voulais plus retourner à la fac. Mais comme je n’avais pas cherché d’emploi (je suis longue à la détente) je me suis retrouvée à devoir m’inscire à une formation express : CAPES à distance ! Magnifique…

Sauf qu’en Décembre, désespérée par ce concours que je passais par défaut et par les critiques incessantes de mes parents, il m’a pris un coup de folie : chercher un boulot et me barrer de chez moi ! Ni une ni deux, je m’inscris sur le site de l’ANPE (car moi j’ai toujours appelé ça comme ça) et je remplis un dossier. Le lendemain, beaucoup moins en colère et plus fraîche, j’oublie cette histoire d’emploi et continue de bûcher mes cours.

Quelques jours plus tard, je reçois un courrier du Pôle Emploi : je suis convoquée à un entretien le 24 Décembre à 10h45. C’est une blague ? Non parce que moi déjà j’avais zappé cette histoire et surtout, le 24 Décembre, c’est un peu se foutre de la gueule du monde ! Bref, énervée mais néanmoins contrainte, je me décide à y aller.

24 Décembre 10h30, je me pointe au guichet de l’agence dont je dépends et on me dit d’un air hautain : « Vous avez rendez-vous à 10h45, vous passerez à 11h« . Je reformule : j’ai un quart d’heure d’avance et je passe 30 minutes après. Cherche pas à comprendre, c’est Pôle Emploi. « Mais ça dure combien de temps ? », « 1h30« , « Pardon ???????? Mais j’ai déjà mon dossier de rempli et nous sommes le 24 Décembre ! », « Nous aussi nous travaillons le 24 Décembre, madame. » Connasse. « Vous devez voir une conseillère Assedic et une conseillère ANPE« . Super, je sens que la matinée va être longue, mais longue….

11h, toujours dans la salle d’attente. Je commence à tourner en rond et m’invente un plan de massacre. Je m’imagine en train de tous les buter pour avoir ces deux putains de rendez-vous et me barrer pour préparer mon repas de Noël. Mais qu’est-ce qui m’a pris de m’inscrire sur ce satané site !

11h30, la conseillère Assedic me reçoit et je suis au bord de la crise de nerfs. Je n’étais pas au bout de mes peines quand elle m’a demandé ce que je cherchais comme type de poste : « Professeur d’anglais, professeur d’italien, asssitante bilingue, assistante trilingue, hotesse d’accueil, etc. ». Je me stoppe en voyant la conseillère, les yeux équarquillés. « Y’a un souci ? », « Euh…en fait je ne peux en mettre qu’un« . Mais c’est magnifique tout ça… « Beh, mettez professeur d’italien… ». Saoulée par ce logiciel inadapté à mes besoins et une conseillère plus que molle, je tourne son écran et observe ce qu’on me demande. Il s’avère que c’est EXACTEMENT tout ce que l’on m’a demandé sur le site pour monter mon dossier. Dossier qui m’a, au final, servi à rien. La suite a été très rapide puisque je lui ai dicté ligne par ligne ce qu’elle devait écrire. RDV = 10 minutes. Je suis laaarge !

Je sors et attends mon rdv ANPE. Pour la peine, je me plante devant le guichet et toise les deux hotesses. Cette fois-ci, elle fait moins la maligne et m’annonce fébrilement que la conseillère va me recevoir incessament sous peu. C’est pas comme si j’avais attendu 1h pour un premier RDV inutile de 10 minutes, hein ?!

La conseillère arrive juste après et s’excuse de son retard. On dirait que le message passe vite. Je m’assois tranquillement et on discute de ce que je cherche et ce que je fais actuellement : préparation du CAPES et prof à domicile. Et là, je dois dire que j’ai pas compris pourquoi elle s’est sentie pousser des ailes la dame, mais elle a commencé à vouloir critiquer mon CV. C’est sûrement leur job que de conseiller les gens (joke), sauf que moi j’avais pas besoin de conseil, j’avais juste besoin d’un boulot !

Elle me balance donc : « Votre CV ne met pas assez en valeur le fait que vous maitrisez 2 langues étrangères« .

Je me penche alors vers elle et lui rétorque simplement :

« D’accord, mais que cela apparaisse sur la première ligne de mon CV avec la mention Titulaire d’une Licence LEA Anglais et Italien, autrement dit que j’ai un bac +3 de langues, c’est pas censé dire que je maitrise 2 langues étrangères ? » (ndlr : même si on sait très bien que certains sortent de la fac sans rien savoir, chut !)

Je crois que je l’ai foudroyée sur sa chaise. Elle s’est décomposée et m’a répondu, confuse : « Euh…si si…bien sûr…vous avez raison… »

La blague arrive pour clore le débat quand elle m’imprime les offres d’emploi sur 3 postes : « Rien….rien….et rien ! ».

Et ça l’amuse en plus…Désespoir. Bref, 15 minutes de rdv, soit grosso modo en 30 minutes, j’avais torché mes entretiens. Elle me file rdv dans 3 mois. Je ne me suis plus jamais présentée là bas. Entre temps, j’ai reçu une offre d’emploi : rien à voir avec la choucroute et à plus de 30 bornes de chez moi. Merci Pôle Emploi !

Pôle Emploi, ou l’art de ne servir à rien
Note cet article !

6 thoughts on “Pôle Emploi, ou l’art de ne servir à rien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *